Histoires de vieux

Deux vieilles paysannes sont en train de ramasser des pommes de terres dans un champ,

quand soudain l'une d'elles saisit deux grosses patates pleines de terre et dit à l'autre :
- Vingt dieux, elles sont comme les couilles de mon Nestor.
Alors l'autre lui demande admirative :
- Pas possible ! Aussi grosses ?
- Non, aussi sales…

Comme chaque année, le vieil Eugène et son épouse, Mauricette, vont faire un "check-up" chez le médecin.
- Comme d'habitude, il n'y a rien à signaler ! lance le docteur. Mais, comment faites-vous pour rester en forme, c'est incroyable.
- C'est que Dieu veille sur moi, répond Eugène. D'ailleurs, je vais vous faire une confidence: il me fait signe.
Tenez, hier soir, je suis allé aux toilettes pour un besoin urgent et la lumière s'est allumée toute seule. Lorsque j'avais fini, elle s'est éteinte toute seule. C'est bien une manifestation divine, non?
- Tout à fait, lui répond le docteur qui ne veut pas le contredire.
Rhabillez-vous et allez attendre votre femme pendant que je l'ausculte.

Entre alors Mauricette.
- Bonjour Docteur!
- Bonjour Mauricette ! Dites-moi, votre Eugène, il n'a plus toute sa tête. L'autre soir, il m'a dit que la lumière des toilettes s'était allumée toute seule quand il s'y est rendu...

- Ah, le con ! coupe brutalement Mauricette. Il a encore pissé dans le frigo !

À l'église, une dame âgée, un peu sourde, est assise à côté d'un petit garçon tannant. Le curé demande: "lever la main ceux et celles qui ont déjà commis de l'adultère." La dame âgée qui n'a pas bien entendu demande au petit garçon de lui répéter ce qu'a dit le curé. Il lui répond :"il a dit de lever la ceux qui aimaient les poppermans. " Elle lève aussitôt sa main et le curé lui demande:"madame, vous n'avez pas honte à votre âge!". Elle lui répond:"justement, à mon âge, j'en suce un bon paquet par semaine."

Une dame âgée voyage en train entre Lausanne et Lyon.
Peu avant la frontière suisse, elle s'adresse à son voisin, un prêtre :
- Si vous pouviez mettre cette jolie trousse de toilette toute neuve que je viens d'acheter, sous votre soutane, cela m'éviterait de payer une taxe.
- Bien sur, lui répond le curé, mais je dois vous rappeler
que si l'on m'interroge, je ne pourrai pas mentir...
Arrive la douane et le douanier :
- Rien à déclarer mon Pere ?
- De la tête à la ceinture : je n'ai absolument rien.
- Ah bon, continue l'homme un peu tatillon, et en-dessous ?
- Oh ! En dessous je n'ai qu'un petit necessaire pour dame qui n'a jamais servi

Deux gars dans la soixantaine parlent du vieillissement et l'un dit à l'autre :
- Le pire, c'est pour nos femmes ; elles refusent d'admettre qu'elles vieillissent et essaient toujours de cacher leurs petits bobos
- Tu as bien raison lui dit l'autre mais j'ai trouvé un maudit bon truc pour les prendre au jeu : ainsi, si tu veux savoir si ta femme commence à être sourde. Places-toi à 20 pieds d'elle et poses-lui une question ; puis, quand tu verras qu'elle ne répond pas, avances-toi à 15 pieds, puis à 10, puis à 5 et là, elle va devoir se rendre à l'évidence qu'elle est sourde
Le bonhomme trouve l'idée bonne et en entrant chez lui, il est à 20 pieds de sa femme et lui demande d'une voix forte :
- Qu'est-ce qu'on mange pour souper ?
Pas de réponse ! Il s'approche alors à 15 pieds et lui demande encore :
- Qu'est-ce qu'on mange pour souper ?
Pas de réponse ! Il s'approche encore, à 10 pieds, et lui redemande :
- Qu'est-ce qu'on mange pour souper ?
Pas de réponse ! Le gars n'en revient pas ; il s'approche alors à 5 pieds et hurle :
- Qu'est-ce qu'on mange pour souper ?
Sa femme se retourne et lui dit :
- Pour la quatrième fois, sacrement .................. du poulet

Les peanuts

Un vieux monsieur est hospitalisé pour passer des examens de routine. On lui a retiré ses prothèses dentaires. Un infirmier passe pour voir si tout va bien et voit sur sa table de nuit un plat de "peanuts". Il demande au monsieur s'il peut se permettre d'en prendre quelques-unes. Le vieux monsieur répond difficilement, vu qu'il n'a pas de dents :
-"Vas-y mon jeune, sers-toi." Et l'infirmier en prend une petite poignée. Le lendemain, le même infirmier demande au vieux monsieur s'il peut se reprendre encore des peanuts. Le vieux monsieur lui répond :
-"Ne te gênes pas mon jeune, prends-en autant que tu voudras". Et la même situation continue pendant quelques jours. La dernière journée, il ne reste que quelques peanuts dans le fond du plat. L'infirmier hésite et dit au vieux monsieur :
-" Vous êtes sûr que je peux les prendre ? Je ne voudrais pas vous prendre tout ce qui vous reste." Le vieux monsieur lui répond, toujours sans prothèses dentaires :
-"Vas-y mon jeune, prend ce qui reste". L'infirmier prend la dernière poignée de peanuts et alors qu'il a encore la bouche pleine, il dit au vieux monsieur :
-"Ha! elles étaient très bonnes vos peanuts. Je vous remercie beaucoup." Et le vieux monsieur de lui répondre sans ses dents :
-"Ça m'a fait plaisir mon jeune, mais elles étaient vraiment meilleures lorsqu'elles étaient enrobées de chocolat

C'est un homme de 80 ans qui va voir son docteur pour un check-up
annuel. Ce dernier lui demande comment vont les choses. Le vieillard répond
:
Je suis en pleine forme : je sors avec une petite poule de 18 ans, je l'ai mise enceinte et elle attend un enfant. Qu'est-ce que vous pensez de ca, docteur ?
Le docteur le regarde avec étonnement un moment et lui dit :
Laissez-moi vous raconter une histoire. C'est une histoire vraie.
J'ai un ami qui est un passionné de chasse, il n'a jamais manqué une saison.
Un jour, alors qu'il s'en allait chasser et qu'il était pressé, il se trompa et au lieu de prendre son fusil, il prit son parapluie. Alors qu'il se trouvait dans la forêt, il aperçut un grizzly qui fonçait sur lui. Il saisit son parapluie, l'épaula et appuya sur la poignée.
Savez-vous alors ce qu'il se passa ?
Non !
Et bien le grizzly tomba raide mort à ses pieds !
C'est impossible ! Quelqu'un a du tirer à sa place...
C'est exactement où je voulais en venir...

Un vieux couple entre lentement
chez McDonald's, par une froide soirée d'hiver.
Ils se retrouvent attablés parmi un groupe
de jeunes familles et de jeunes couples.
Plusieurs clients les regardent avec
admiration, se disant :
- Quelle belle image.
Ce vieux couple a dû passer à travers bien des épreuves,
depuis au moins 60 ans qu'ils sont ensemble.

Le vieux monsieur se rend directement à la caisse,
commande sans hésitation et paie le repas.
Le vieux couple choisit alors une table
et le vieux monsieur pose son plateau sur la table.
Sur le plateau se trouvent un hamburger,
un paquet de frites et un Pepsi.

Le monsieur déballe le hamburger
et le coupe précisément en deux.
Il en place une moitié devant son épouse.
Ensuite, il compte soigneusement les frites
et en fait deux piles égales
et en place une devant sa femme.
Il prend une gorgée de Pepsi,
sa femme en fait autant.
Il place le Pepsi entre les deux.
Quand l'homme commence à manger
sa partie de hamburger, les autres clients se disent :
- Les pauvres, ils ne peuvent acheter qu'un seul repas pour eux deux.

Quand le vieux monsieur commence à manger les frites,
un jeune homme se lève et
s'approche de leur table.
Un peu gêné, il leur offre poliment
de leur acheter un autre repas.
Le monsieur lui dit que tout va bien
et qu'ils sont habitués à tout partager.
Puis les gens s'aperçoivent que
la vieille dame n'a encore rien mangé.
Elle reste assise, regardant son mari
manger sa part en sirotant de temps
à autre une gorgée de Pepsi.

Encore une fois, le jeune homme les supplie
de le laisser leur acheter un autre repas.
Cette fois c'est la vieille dame
qui lui explique que ce n'est pas nécessaire,
qu'ils sont habitués à tout partager.
Comme le vieux monsieur finit de manger
et s'essuie la bouche, le jeune homme n'en peut plus.
Il s'approche de leur table pour leur offrir
encore une fois de la nourriture.
Après qu'ils aient une fois de plus poliment refusé,
il demande à la vieille dame :
- Madame, pourquoi ne mangez-vous pas ?
Vous dites que vous partagez tout.
Qu'attendez-vous ?
- J'attends qu'il ait fini pour avoir le dentier

Au coin du village, dans une rue calme, quelqu'un déboutonne sa braguette pour un besoin pressant au coin d'une porte. Le monsieur commence enfin à se soulager quand une vieille dame revenant de ses courses passe par là. N'étant pas encore tout à fait aveugle, elle remarque que le monsieur a les mains prises (oui les deux). Elle s'avance alors et entame le dialogue :
- Excusez moi, mais voudriez vous me rendre un service ?
Un peu surpris, le monsieur, gêné, répond tout de même :
- Euh ? Quoi au juste ?
- Ça fait tellement longtemps que je n'ai plus tenu un sexe dans mes mains...
est-ce que je pourrais toucher une de vos boules ? Juste une, s'il vous plaît ?
L'homme est très embarrassé, et refuse gentiment mais la vieille dame se montre tellement gentille et persuasive qu'à force de se lamenter, la vieille dame obtient satisfaction.
- Ah.... ça fait si longtemps, s'il vous plaît, la deuxième, je peux ?
Cette fois-ci le monsieur se fait un peu moins prier, et la vieille dame obtient satisfaction. C'est lorsque la vieille dame a dans chacune de ces mains une des boules du monsieur, qu'elle se met à les frapper violemment l'une contre l'autre, en répétant comme une litanie :
- On-ne-Fait-pas-pi-pi-sur-mon mûûûû-reuux...

Un très vieil homme pleure tout seul sur le trottoir.
Un agent de police passe à côté de lui et le regarde pleurer.
- Mais qu'y a-t-il monsieur ?
- Ben voyez j'ai 91 ans et je suis marié à une jeune fille de 20 ans.
- Mais c'est très bien, il n'y a aucune raison de pleurer.
- Mais ma femme est superbe, elle est belle bien faite avec des formes splendides et un visage d'ange...
Et il pleure de plus belle.
- Raison de plus. Arrêtez de pleurer voyons !
- Et quand je rentre chez moi elle me prépare des plats succulents. Elle cuisine tellement bien.
Le flic s'énerve :
- Mais Bon Dieu ! Arrêtez de pleurer !
- Et au lit, dit le vieil entre deux sanglots, elle me fait de trucs, c'est fou.
- Ca suffit maintenant, dit le flic sur un ton sévère. Vous n'avez aucune raison de vous plaindre !
- Mais… JE SAIS PLUS OU J'HABITE, BOUHOUHOUH

Un vieil homme chambranlant monte dans l'autobus et ne parvient pas a payer, car le chauffeur a démarré trop vite et se retrouve aussitôt à l'arrière.
Le chauffeur fait un nouvel arrêt et le vieil homme chambranlant se retrouve de nouveau à l'avant.
Avant qu'il puisse enfin payer, le chauffeur redémarre et le vieil homme se retrouve de nouveau à l'arrière. Ce fut ainsi tout le long du trajet.
Quand ce fut le temps de descendre, le chauffeur lui dit : "Monsieur vous n'avez toujours pas payé".
Le vieil homme essoufflé lui ripondit : "Pourquoi payer ? J'ai marché tout le long !"

Ce sont trois petits vieux, qui discutent sur un banc.
- Moi, dit le premier, quand je pète, eh bin, ça s'entend mais ça sent pas!
Dix minutes plus tard.
- Eh bin moi, dit le second, quand je pète, ça s'entend pas, mais ça sent.
Vingt minutes plus tard.
- Bin moi, dit le dernier, quand je pète, ça sent pas et ça s'entend pas.
Trente minutes plus tard.
- Bin alors, disent les deux autres, pourquoi tu pètes ?

RETOUR